UN JOUR, UN MOT : LUNDI, S’ABANDONNER

S’abandonner, ça n’est pas s’oublier, bien au contraire. Lorsque je m’abandonne, je lâche prise avec le mental pour retrouver l’unité. Mes attentes et projections se dissolvent d’elles-mêmes car je rends les armes, je cesse de lutter avec moi-même pour entrer dans la grande acceptation : que rien de ce qui est projeté par mon mental n’est valide mais qu’il me faut repasser par le cœur et retrouver, organiquement, mon mode de fonctionnement naturel. Cela peut-être déstabilisant parfois de réaliser que l’on a longtemps emprunté le mauvais chemin. Mais il ne faut pas se juger. Nous sommes ignorants et sommes ici pour apprendre.

Et bien souvent, accablés que nous sommes des projections des uns et des croyances des autres, nous n’avons pas appris à reconnaître le chemin juste. Inutile de se flageller, c’est au moment de l’abandon que l’intuition se fait entendre plus haut. Quelle joie, alors, de se laisser guider et de voir la route se dérouler sous nos pas !

Beau lundi en conscience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *