Retrouver son Intuition au quotidien

Lorsque l’on se trouve au milieu de la tempête énergétique, au milieu du catastrophisme médiatique, aux prises avec  la tempête de l’inconscient collectif et des peurs qui lui sont associées, le retour à soi, ce temps que l’on s’accorde pour écouter le silence, devient primordial pour préserver son alignement.

Lorsqu’on l’écoute profondément, ce silence nous parle plus qu’on ne le croit.

Quoi qu’il advienne autour de nous, il est indispensable de rester aligné sur notre propre « soleil » pour éviter de sombrer dans la basse fréquence.

FONCTIONNER EN MODE VIBRATOIRE

Voilà une chose à laquelle la société où nous vivons ne nous incite pas vraiment.

Et pourtant, il y a beaucoup à dire.

Dans le monde d’avant, on pensait très fort, on projetait (trop fort), on établissait un plan d’attaque mental solidement arrimé à des fondations (de croyances) en béton armé.

Pour arriver du point A au point B il me faut passer par 1,2,3…10… 100 étapes…

Finalement, on remettait à plus tard cette chose qui nous tenait beaucoup à cœur tant le chemin semblait long et sinueux et en effet si l’on s’attelait à le suivre, la vie nous montrerait que nous avions RAISON, au sens propre du terme

Sauf que… « Le Cœur a ses raisons que la RAISON ignore. »

Dans le monde vibratoire, l’inspiration est de la partie. Elle est à portée de main, surtout lorsque la main est posée sur le cœur. L’inspiration c’est ce canal ouvert entre le haut et le bas qui nous offre la possibilité de transcender les lois du mental.

Dans le monde vibratoire, il vaut mieux commencer par laisser la rationalité de côté. Et apprendre à croire aux miracles de la vie.

Le saviez-vous ? Le mot miracle vient du latin miraculum (« prodige »). Il formait autrefois un doublet avec la forme populaire mirail, qui avait en outre le sens de miroir. miraculum vient de mirus (« étonnant, merveilleux ») et oculus (« œil ») : ce qui est merveilleux à l’œil.

Vous l’avez compris, le miracle est le miroir de notre œil émerveillé.

Rien de ce qui nous arrive ne vient par hasard. Rien de ce que nous recevons ne nous est envoyé par erreur. Car nous sommes les créateurs de nos vies. Et le miracle c’est nous qui le produisons, à chaque seconde, par simple effet miroir de nos pensées.

Lorsque l’on choisit de se raccorder librement à sa « source », ce que j’appelle notre « soleil intérieur », d’écouter, enfin, les signes que l’univers nous envoie, d’écouter notre ressenti et de nous positionner au plus près de celui-ci, il n’y a plus de faux pas, il y a simplement des choix.

Ce dont le monde a besoin c’est de CONFIANCE!

Car ce qui nous voile la face, au propre comme au figuré, ce sont nos peurs : la peur du regard de l’autre, la peur de ne plus plaire, la peur d’être désapprouvé, la peur d’être rejeté par le clan, la peur de ne pas y arriver ou simplement la peur de l’inconnu.

Apprivoiser son silence, c’est mettre en sourdine tour le vacarme des dîtes « peurs » pour n’entendre plus que le ressenti. Quand ça bloque, on se pose, on attend, on observe de plus près avant de prendre un nouveau souffle.

Et d’envoyer son intention sans attente de résultat.

Il y a des chances que la vie nous surprenne.

EN PRATIQUE

La question qui revient souvent en consultation ou en ateliers, c’est : » oui mais comment on fait » ?

Concrètement, il n’existe pas de recette magique qui nous rendrait du jour au lendemain hyper conscients de nos intuitions et de notre propre guidance. Il y a seulement de la pratique. La vie est un grand terrain d’entraînement. Un sportif devient performant, car il s’entraîne. Il en va de même pour notre esprit. Il s’agit de l’entraîner régulièrement, de l’habituer à emprunter de nouvelles voies, de nouveaux sillons auxquels nous n’aurions pas « spontanément pensé » puisque 99% de nos pensées proviennent du conditionnement que nous avons reçu.

S’entraîner, c’est donc s’ouvrir à la possibilité de perspectives nouvelles, quand bien même ces dernières nous paraîtraient de prime abord un peu incohérentes ou loufoques.

LE JEU DES ÉMOTIONS

Prendre les émotions comme un jeu c’est la base du travail. Au lieu de s’engouffrer dans l’émotion qui se présente, d’y plonger la tête la première et de croire à sa réalité, le premier travail consiste à la contempler et à l’identifier comme telle. Une émotion.

Je n’ai pas peur, j’éprouve la peur. Je ne suis pas en colère, la colère se manifeste en moi.

Pourquoi ?

Nous avons toute sorte de réponses « valables » à cette question. Mais partons simplement du postulat qu’aucune d’entre-elles n’est acceptable. Tant que nous resterons dans l’action-réaction, rien ne se passera, nous continuerons à alimenter le processus infini de la croyance, au sens propre : « je crois que c’est vrai, je m’attache à ce que je crois, je crée ma vie en conséquence, le schéma ne cesse de se reproduire… »

le stop salvateur

Le stop, il a lieu dans l’esprit. Et il implique nécessairement quelques réajustements dans notre façon de faire, surtout au départ. Le stop c’est le passage à l’action une fois la prise de conscience passée : c’est choisir en conscience de cesser d’être aspiré par un tourbillon pour devenir l’acteur de sa propre vie.

Le stop, c’est accepter que l’on a peut-être marché longtemps de travers et décider de s’arrêter un peu pour simplement observer, regarder le jeu de ses pensées, commencer à en rire et ré-orienter progressivement son chemin.

ÉCOUTER LE SILENCE

Et c’est là que le silence intervient. Je ne parle pas ici de silence dans l’environnement extérieur mais bien de silence dans la tête.

Faire silence, faire taire le bavardage mental, écouter le vide entre chaque pensée et prendre de la distance avec ce qui occupe notre esprit laisse l’espace disponible pour écouter son intuition.

La « petite voix » était bien là, recouverte par un nombre incalculable d’autres voix « parasites ».  C’est juste qu’avant on ne l’entendait pas !

Je vous souhaite à tous une belle semaine tout en lumière et pleine de bonnes intuitions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *