La Plume de l’Ange

img_4822

Parfois, en écoutant le silence, une voix se fait entendre… Inspirez et laissez-vous guider…

« Depuis quel espace t’adresses tu au monde ? Depuis qu’elle zone regardes tu passer le train ?

Vérifie toujours avant de parler que tu n’as pas franchi la barrière qui te mène du côté de la peur.

Écoute toujours ton coeur avant, puis rectifie.

Fais toi confiance, si tu ne le fais pas qui le fera à ta place ?

Es tu sûr que tu as bien perçu la situation ? Qui a parlé le premier : ta peur ou ta paix ?

Si tu parviens à rester dans ta paix une minute, une heure, un jour, alors tu retrouveras toujours le Chemin, car tes pas y auront laissé leur empreinte.

Lorsque ça t’agace, reprend ce Chemin et retourne t’asseoir en haut de la montagne. Contemple le paysage au-dessous et si, d’aventure, tu persistes à douter, lève les yeux, tu y apercevras l’aigle et il te guidera dans ton choix.

Tu as toujours le choix, ne l’oublie pas. Je sais que l’on t’a appris à être docile et soumis, qu’on t’a appris la contrainte avant la liberté mais pourtant je te le répète : tu as toujours le choix.

Quand tu tressautes de peur, de révolte, d’injustice, de tristesse, laisse passer le train de l’émotion_ bientôt, tu réaliseras que c’était un train fantôme…_et reprends le sentier de la paix. Retourne auprès du ruisseau, sens l’eau couler en toi. Elle te nettoie.

Lorsque tu t’envoles dans tes pensées, n’y reste pas trop longtemps, tu pourrais finir par t’égarer. Reprends l’allée de ton jardin et va t’asseoir sous ton arbre. Sens tes racines sous tes voûtes plantaires, elles descendent loin dans la terre. Tu appartiens bien au vivant. Tu n’es pas séparé de ce monde. Seule ta pensée peut te faire croire à ce mirage. Embrasse le tronc de l’arbre, sens la sève circuler. Demande lui de te nourrir à son tour. Tu sens ? Ça chatouille hein ?

Lorsque tu te sens en perte d’énergie, regarde une orange. Remplis toi de sa couleur, elle va te ressourcer des pieds à la tête, en un éclair.

Et surtout n’oublie jamais, tu es un Diamant précieux, tu es ce qu il y a de plus précieux ici bas. Sans toi, le monde aurait tourné autrement. Chéris toi chaque jour un peu plus. Respecte ton jardin intérieur et prends le temps d’aller t’y ressourcer dès que cela est nécessaire. Je t’y attendrai.

Lorsque, parfois, tu crois être dans le noir, fais moi un clin d’œil et je te répondrai d’un jet de lumière pailletée. Ou peut être, qui sait, d’une plume que je te lancerai…

Tu n’es et n’as jamais été seul.

Je t’aime « 

Un Ange sui passait par là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *