Etre soi-même, au-delà des voiles

IMG_2589Etre soi-même, ça n’est pas juste une pub pour Yves Rocher, c’est le nerf de la guerre ou plutôt le point de relâchement, celui où l’on bat en retraite, ou l’on cesse justement d’alimenter le conflit intérieur qui nous pousse encore à « vouloir être » (quelqu’un d’autre en général) plutôt que d’être simplement, dans l’accueil et l’acceptation de ce qui est. En anglais on dit : « surrender »… Rend les armes baby… pas besoin de lutter ; plus tu luttes, plus tu renforces.

Ces derniers temps, j’ai (encore) persisté à lutter avec de vieux masques assez résistants, que j’avais pourtant bien identifiés comme tels mais que je ne parvenais pas pour autant à décoller entièrement. Vous savez, c’est un peu comme (pour nous Mesdames) le reste du peeling qu’on doit finalement enlever à coup de coton car l’eau n’a pas suffi à éliminer le résidu coriace. L’opération devient vite corrosive. Ensuite on a le teint rouge flamenco, peut-être même qu’on a un peu tapé du pied pour parvenir à retirer ce truc collant. Et c’est généralement à ce moment précis que l’on découvre, sur la notice, qu’il fallait utiliser de l’eau chaude en lieu et place de la lotion tonique glacée pour ôter la substance en douceur… soupirs…

C’est un peu pareil dans l’esprit. On a beau être conscients de nos croyances, on reste humains et il y a des zones d’anciens masques tenaces avec lesquelles on peut se battre un certain temps. On croit avoir tout nettoyé mais il en reste encore un peu, là, juste derrière l’oreille.

Et derrière l’oreille, on n’y voit pas bien parce que, d’un point de vue anatomique, les yeux ne sont pas placés au bon endroit pour aller voir ce qu’il se passe.

C’est donc là qu’il faut être créatif et TENDRE l’oreille plutôt que de se contorsionner.

Ecouter… le silence… Faire taire le vacarme mental. Tordre le cou à l’égo qui nous repasse en boucle le schéma répétitif comme un vieux 45 Tours rayé.

Et écouter… encore : le signe, la voix de l’ami, la voix intérieure, l’autre, la vraie.

Pourquoi vouloir ressembler à une girafe quand on est né zèbre ? Pourquoi vouloir encore endosser un costume trop serré qui nous limite, pourquoi se censurer, pourquoi être un autre ?

Cette « autre », ce masque qui m’a longtemps collé à la peau, a failli m’envoyer dans le mur avant l’heure. Heureusement j’ai pris l’option « siège éjectable » et je me suis auto-propulsée hors du « mirage 2000 » en perdition ! C’était bel et bien un mirage cette vie à 1000 à l’heure, multipliée par deux, où je ne prenais jamais le temps de « poser l’avion », ni dans les actes, ni dans l’esprit.

Et, au moment du crash, comme dans un véritable accident, il y eût des séquelles, plus ou moins sévères. Des articulations, des organes usés prématurément et une poignée de dégâts collatéraux supplémentaires sur lesquels je ne m’attarderai pas.

L’avantage c’est que, dès que je renfile le mauvais habit, je n’ai pas un, ni deux mais un paquet de signaux d’alarme qui sonnent en même temps ! Mon corps est le moteur et si je ne mets pas l’essence dans le bon réservoir, il cale. Directement.

Je me fous des courses poursuites avec le temps, je n’ai rien à me prouver à part que mon cœur est en bon état de fonctionnement, que je peux apprendre à l’utiliser chaque jour un peu mieux, en continuant à démonter une à une les barrières de l’ego. Je me fous d’être quelqu’un, j’ai vécu dans une belle coquille vide pendant trop longtemps. Alors, j’ai décidé de cultiver le noyau, le jaune de l’œuf, la partie féconde de l’être … et si nutritive aussi… Qu’importe l’habit ! Il ne fait pas le moine ! Et encore moins la nonne (toute laïque soit-elle !)

Je suis une enfant du rock, j’ai choisi d’investir la zone libre de l’esprit, j’aime marcher pieds nus dans l’herbe, j’aime rire de choses idiotes, j’aime conduire le métro, les paquebots et tout ce qui se termine en O, j’aime sans compter et je compte sur ceux qui m’aiment.

Pourtant à l’intérieur, une plume rebelle s’agite dès qu’on l’effleure et  se met à pleurer lorsqu’elle ne peut plus couler.

Et vous ?

Répondez-moi en commentaire de ce post et partagez-moi si je vous ai inspirés.

A tout de suite !

A.

3 réflexions sur “Etre soi-même, au-delà des voiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *