L’urgence de vivre

Souvent, en atelier, on me demande quel serait un bon moteur pour passer à l’action, avancer dans les projets, se mettre en route « vers » ou encore cette phrase très à la mode « sortir de sa zone de confort » .

J’ai eu envie de vous partager ici mon expérience du changement de vie.. Peut-être vous inspirera-t-elle ?

Durant des années, j’ai eu la sensation de n’être jamais à ma place, jamais satisfaite de ce que je faisais, bien que brillante dans mes études et dans les différents emplois que j’ai pu occuper.

Pour moi, le changement de vie n’est que la résultante d’une profonde transformation intérieure. Un changement d’optique radical.

C’était un soir de décembre 2014. Peu de temps après que tout mon « monde » tel que je le connaissais s’était écroulé, je n’avais plus de repères professionnels, sentimentaux, les ruptures sociales et affectives se multipliaient  et même plus de repères physiques comme mon corps m’avait lâchée. Concrètement, j’étais dans une phase de mutation.

Après quelques mois de flottement, je me souviens de ce soir de décembre 2014. J’ai rejoint l’un de mes amis tibétains dans notre café repère près des Halles, pour le saluer quelques jours avant mon départ en Asie.

Au cours de la discussion, et voyant mon état d’errance inhabituel, mon ami a eu un excellent réflexe.

Il m’a dit qu’avec le rythme de vie que j’avais, le peu de soin que je prenais de moi et les nombreux problèmes de santé qui m’avaient déjà accablée, je mourrais sûrement avant 60 ans. Puis, il a enchaîné : you want to do something ? DO IT NOW. TU veux faire quelque chose ? FAIS LE MAINTENANT. No time ! TU n’as pas le temps.

Cette information, étrangement n’a fait qu’un tour dans mon cerveau et m’a précipitée dans un puissant état d’hyper conscience. Si je devais partir à 59 ans, cela signifiait que j’avais déjà traversé plus de la moitié de ma vie et que je n’avais à ce jour réalisé aucun de mes rêves. Cela devait changer.

Le soir-même, j’étais plongée dans un profond silence intérieur qui dura 9 mois. 9 mois au cours desquels je n ‘ai quasiment pas parlé non plus et surtout avec lesquels j’ai coupé avec mes repères habituels pour me ré-inventer. Dès le soir-même aussi, je commençais à me poser, ce qui (à mon sens) sont de BONNES questions.

  • « Que ferais-je tout de suite que je ne voudrais rater pour rien au monde si les mois à venir étaient les derniers à vivre ? »
  • « En quoi puis-je être utile à ce « monde » et donner le meilleur de moi-même pour y contribuer, compte tenu du peu de temps que je vais y passer ? »

Pour moi, ces deux leviers ont été pertinents et m’ont permis de PASSER À L’ACTION.

C’est pourquoi, si vous êtes dans une période de doutes, avec des envies encore non manifestées, des hésitations, je vous propose de faire cet exercice et de noter tout ce qui vous vient à l’esprit et qu’il vous semble urgent de transformer quel qu’en soit le domaine : Professionnel, personnel, santé, relationnel etc.

Durant l’exercice, n’oubliez pas que rien n’est impossible, la richesse est en nous : nous choisissons de développer l’une ou l’autre de nos qualités. Rien n’est inaccessible, il s’agit simplement de travailler et de se re-lier à notre CRÉATIVITÉ au sens propre du mot, notre capacité de créer, notre aptitude à nous ré-inventer chaque jour en nous reliant aux possibles.

Alors, aujourd’hui, on se ré-invente ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez écrire les domaines dans lesquels vous souhaiteriez voir arriver les transformations en commentaire de ce post.

La discussion est ouverte.

Pour approfondir le travail, je vous invite à rejoindre l’atelier des 108 Graines de Conscience pour peut-être trouver de nouvelles clés pour maintenir le cap. L’agenda des ateliers est en ligne sur ma page Facebook

Je propose aussi un accompagnement personnalisé sur demande.

3-2-1, on vit ! ici et maintenant !

Love

A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *