CARREFOUR DE VIE, Il n’y a pas de bons choix, il n’y a que des choix

IMG_2516

Parfois on a la sensation de se trouver au carrefour des mondes, au croisement entre la nationale et la départementale.

J’appelle cela des intersections de vie. Je viens d’en traverser une très longue, majeure et la question qui revenait régulièrement était toujours la même : Comment savoir que l’on est sur la bonne voie ?

IL N’Y PAS DE BONS CHOIX, IL N’Y A QUE DES CHOIX.

Tu sais que tu es sur la bonne route, quand tu sens ton cœur qui chauffe dès le matin.

Tu sais quelle direction suivre, quand tu sais écouter les messages que la vie égraine avec amour sur ton chemin.

Tu marches du bon côté quand tu commences à suivre les petits cailloux, comme le petit poucet, et que tu comprends que TU NE PEUX PAS TE PERDRE.

Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre, ailleurs. Inutile de te faire un torticolis à force de te retourner vers la porte close.

C’est cela OSER, savoir prendre le risque de s’aventurer vers un ailleurs encore inconnu.
Prendre le risque de perdre les pédales quelques temps pour finalement rattraper le vélo sur la piste cyclable voisine ou peut-être même se mettre au tout terrain.

Au départ, on ne sait pas trop avancer dans ce tâtonnement jusqu’à ce qu’il devienne un art de vivre, une mouvance souple et malléable, un terrain d’expérimentation d’une richesse infinie.

Bien sûr il y a des moments de doute, de plus ou moins courte durée, où l’on a besoin de soutien, d’encouragements car changer de voie, ça ne se passe pas à l’extérieur. Changer de voie, c’est se changer SOI. Aller au-delà des limites (du connu NDLR) se « dépasser », c’est à dire franchir la ligne de sécurité bâtie par nos peurs et nos croyances limitatives.

Tu sais que tu es dans le juste quand ça vibre fort, quand la note s’accorde avec ton La intérieur, celui du cœur.

Tu sais qu’il faut continuer car tu ressens la joie chanter dans toutes tes cellules et les papillons danser dans ton ventre.

Tu sais que tu n’as pas perdu le Nord quand tu te sens AMOUREUX de toi-même, de tout ce qui t’entoure, de la vie elle-même.

Tu sais que ce petit sentier sinueux au départ était le bon car tu y as retrouvé la compréhension profonde du mot « DOUCEUR ». Sur ce sentier, tu t’es battu, tu as lutté, tu t’es pris les pieds dans les ronces jusqu’à ce que ton esprit plus clair y émane sa lumière.

Tu sais que c’est le bon choix parce que tu rayonnes maintenant cette lumière toute particulière. Celle de l’être libre, dans sa tête…

Alors pour tous ceux qui se trouvent à des carrefours de vie, à des sémaphores en panne qui clignotent à l’orange, à ces intersections qui nous déboussolent, il n’y a qu’un seul mot : CONFIANCE. Prenez le temps d’écouter cette petite voix tout au fond, celle de l’enfant intérieur. Elle connaît le chemin. Et d’avancer guidé par une étoile.

With Love xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *